Introduction

Les sources éditées

Les sources publiées et analysées ici comprennent six récits de voyage, pour partie assortis de dessins, rédigés par des architectes et diplomates des pays germaniques qui se sont rendus en France entre 1685 et 1723. La plupart d’entre eux sont des architectes et ingénieurs d’origine bourgeoise ; un seul est issu de la noblesse tandis qu’un un autre est un diplomate, membre de l’aristocratie autrichienne, ayant visité Paris comme maître d’œuvre et amateur d’art.

Rares sont les récits de voyage de la fin du règne de Louis XIV dans lesquels s’expriment des considérations et jugements approfondis et argumentés sur l’architecture et l’art français. Les sources réunies constituent donc des témoignages précieux pour une étude plus complète des processus de transfert entre l’Allemagne et la France, de la fin de l’époque baroque au début des Lumières, par le prisme de l’histoire de l’art, de l’histoire socio-culturelle et de l’histoire de la langue. Ces documents sont d’autant plus remarquables qu’on y trouve non seulement l’énumération de ce que leurs rédacteurs ont vu, mais aussi un jugement sur leur expérience visuelle et existentielle. Ces textes partiellement illustrés proviennent, à une exception près, d’archives et de bibliothèques publiques allemandes et autrichiennes. À cet égard, nous tenons à remercier toutes les institutions qui nous ont donné accès à ces documents et autorisé à les reproduire. Le corpus des sources étudiées et éditées ici comprend les documents suivants :

  • Christoph Pitzler : Carnet de voyage et d’esquisses, 1685-1688, manuscrit illustré (original perdu), Potsdam, Stiftung Preußische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg (Fondation des châteaux et jardins prussiens de Berlin et du Brandebourg) ; fac-similés numériques des 142 feuilles se rapportant à la France, d’après des négatifs sur verre de l’original perdu. Bien que le document soit depuis longtemps connu des chercheurs en histoire de l’art, seules certaines des pages de la partie française ont jusqu’à présent été publiées.
  • Ferdinand Bonaventure comte de Harrach : Journal de voyage, 1698, manuscrit, Vienne, Österreichisches Hauptstaatsarchiv, Allgemeines Verwaltungs-, Finanz- und Hofkammerarchiv (Archives nationales autrichiennes, section de l’administration générale, des finances et de la Chambre impériale), fonds de la famille Harrach, fac-similés numériques des 58 pages, sur les 531 que compte du journal, consacrées au séjour du comte de Harrach en France, pour l’essentiel à Paris. Le journal a certes été étudié par des historiens sous l’angle des prémisses de la guerre de la Succession d’Espagne, mais la partie consacrée à la France a été négligée, car jugée de peu d’intérêt pour éclairer ces événements.
  • Lambert Friedrich Corfey : Journal de voyage, 1698-1699, manuscrit, Landesarchiv Nordrhein Westfalen, Abteilung Westfalen (Archives du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, section Westphalie) ; fac-similés numériques des pages 1 à 190 d’un manuscrit comptant 519 pages, concernant le voyage en France, y compris le trajet aller par le nord de l’Allemagne, les Pays-Bas et la Flandre. En 1977, le manuscrit a fait l’objet d’une édition par Helmut Lahrkamp, ici entièrement revue et complétée à partir de l’original pour ce qui est de la partie française, à savoir les années 1698 et 1699 (voir Corfey 1977).
  • Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck : « Kurtze Beschreibung einer Tour durch Holland nach Franckreich, von Braunschweig » (Brève description d’un Grand Tour par la Hollande jusqu’en France, depuis Brunswick), vers 1711-1713, manuscrit illustré, Rostock, Universitätsbibliothek (bibliothèque de l’université de Rostock) ; fac-similés numériques du manuscrit complet de 176 pages, incluant le voyage aller et retour vers la France par le nord de l’Allemagne, les Pays-Bas et la Flandre. Découvert récemment par des chercheurs en histoire de l’art, ce manuscrit n’a jamais été publié.
  • Leonhard Christoph Sturm : Architectonische Reise-Anmerckungen [...] (Notes de voyage architecturales [...]), Augsbourg, Jeremias Wolffen, 1719, livre imprimé, illustré de gravures sur cuivre, Los Angeles, Getty Research Institute, Research Library (Institut de recherche Getty, bibliothèque de recherche) ; fac-similés numériques des pages 3 et 48 à 132 ainsi que des illustrations de la publication, comportant en tout 144 pages et 63 gravures sur cuivre. L’essai de Leonhard Christoph Sturm compte parmi les plus importants écrits en allemand sur l’architecture de la fin de l’époque baroque. Une première version manuscrite du texte de Sturm, que celui-ci transforma en livre en y ajoutant d’autres parties, semble avoir été recopiée par Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck dans son propre manuscrit.
  • Balthasar Neumann : Lettres de son voyage en France, 1723, manuscrit illustré, Wurtzbourg, Staatsarchiv (Archives d’État) ; fac-similés numériques des 19 lettres du voyage en France avec annexes et dessins, publiées ici pour la première fois sous cette forme, soit en tout 107 pages. Des éditions imprimées ont déjà été publiées, par Karl Lohmeyer en 1911 et par Max H. von Freeden en 1955 ; leurs transcriptions ont été entièrement revues et complétées à partir de l’original (voir Lohmeyer 1911 et Freeden 1955, p. 769-771, 774-787 et 789-829).

Même si son voyage est contemporain de la Régence (1715-1723), les lettres de Balthasar Neumann ont été incluses dans notre corpus en leur qualité de témoignage majeur sur le voyage en France d’un architecte ou plus précisément d’un ingénieur militaire allemand de la première moitié du XVIIIe siècle. Ces célèbres lettres font ici l’objet d’une édition critique, et sont surtout rendues plus accessibles aux chercheurs français grâce à leur première traduction complète. Leur contenu justifie également de les éditer en même temps que les récits de voyageurs allemands rédigés vers 1700. En dépit de l’admiration que suscitent chez l’auteur les innovations dans le domaine du décor intérieur et de l’ameublement, ses lettres témoignent en effet du même esprit critique et distancié envers l’architecture française que les écrits du comte de Harrach, de Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck et de Leonhard Christoph Sturm.

Il faut aussi souligner que les voyageurs considérés n’ont pas exclusivement visité la France. Leurs voyages s’inscrivaient dans le cadre d’un périple plus étendu, qui incluait également certains pays allemands, ainsi que des régions des Pays-Bas, de la Flandre et d’Italie ; le comte de Harrach a même séjourné en Espagne avant de rentrer à Vienne en passant par la France. Des contraintes matérielles mais aussi un souci de cohérence au sein du corpus nous ont conduit à réserver la présente édition aux parties des écrits de voyage faisant référence à la France, avec ajout de passages plus courts concernant les voyages aller ou retour pour Corfey, Knesebeck et Neumann. D’un point de vue méthodologique, on ne saurait donc interpréter ce corpus comme la preuve que la France était la seule et principale destination des architectes et amateurs d’art allemands de l’époque.

Autres trouvailles

Pour une meilleure appréciation de l’ensemble des sources sélectionnées ici, il convient de rappeler que l’intensification des déplacements entre les États allemands et le royaume de France n’a été possible qu’après la fin de la guerre de la Succession d’Espagne (1701 à 1713-1714) et celle de la grande guerre du Nord (1700 à 1721). Parmi les architectes s’étant rendus en France depuis le territoire du Saint-Empire, afin d’y chercher l’inspiration ou de s’y former, on trouve de nombreux professionnels de l’architecture, des ingénieurs militaires ou des amateurs, désignés en allemand sous le terme de Kavalierarchitekten. Ces « architectes cavaliers » sont des nobles, souvent militaires de carrière, ne dépendant pas de l’architecture pour vivre, auteurs d’avis ou de dessins à l’attention de leurs commanditaires ou de leurs proches. Cependant, seuls quelques témoignages écrits substantiels sur ces séjours sont parvenus jusqu’à nous. De fait, malgré les recherches effectuées dans les archives avant le démarrage du projet ARCHITRAVE, aucun témoignage écrit significatif n’a pu être trouvé sur les architectes et décorateurs d’intérieur qui se trouvaient en France avant 1754, soit, par ordre alphabétique :

Joseph Effner (voir Pozsgai 2012, p. 57-58) ; François de Cuvilliés l’Ancien (voir Braunfels 1986, p. 28) et son fils François de Cuvilliés le Jeune ; Joseph Emanuel Fischer von Erlach (voir Schumacher 2009) ; Carl Philipp Christian von Gontard ; Johann Adam Groß le Jeune ; Ignaz Anton Gunetzrhainer ; Johann Friedrich Karcher ; Georg Wenzeslaus von Knobelsdorff ; Johann Christoph Leger ; Raymond Leplat (voir sa liste d’acquisitions et ses mémoires à l’intention de Frédéric-Auguste de Saxe, dit « le Fort », Spenlé 2006) ; Johann Friedrich Nette ; Matthäus Daniel Pöppelmann (voir Heckmann 1972, p. 93-96 ; en complément, Jahn 2015, p. 82-83) ; Leopoldo Retti ; Johann Heinrich Roth ; Johann Conrad Schlaun (voir Krause 1995) ; Karl Friedrich von Zocha.

Il existe cependant plusieurs sources très complètes et significatives qui n’ont pu être prises en compte dans le cadre de notre projet :

  • Le « Tagebuch über Reisen im Elsass, in der Schweiz, Italien, Frankreich und den Niederlande » (Journal des voyages en Alsace, Suisse, Italie, France et Pays-Bas) de Johann Friedrich Armand von Uffenbach (1687-1769), dont la transcription est déjà disponible en tapuscrit (Göttingen, Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek / Bibliothèque de l’université de Göttingen et de l’État de Basse-Saxe, Ms. Uffenbach 29 et 29 A, transcription réalisée par Alste Horn-Oncken). Ce futur échevin et bourgmestre de Francfort-sur-le-Main, alors ville libre d’Empire, a longuement séjourné à Paris en 1715-1716. Ses comptes rendus très complets constituent une véritable mine, en particulier sur la vie artistique et musicale dans la capitale française (voir Preußner 1949, p. 109-151 ; pour la partie du journal concernant l’Italie, voir Horn-Oncken 1978). Uffenbach fit don, encore de son vivant, de ses vastes collections à la bibliothèque de Göttingen, parmi lesquelles plusieurs milliers d’œuvres graphiques, dont un grand nombre de représentations de villes et de bâtiments. Angela Göbel, collaboratrice de notre projet, exploitera cette source dans le cadre de sa thèse de doctorat consacrée au « modèle » de la ville de Versailles dans le contexte européen.
  • Le Journal de Friedrich Karl von Hardenberg (1696-1763), non encore disponible en édition critique. Le journal a été tenu en français, pendant son séjour à Paris de 1741 à 1742, par le conseiller de la Chambre ducale de Hanovre et directeur du département des bâtiments et jardins sous le règne de l’électeur de Hanovre et roi de Grande-Bretagne George II (voir Köhler 2008 ; Bothmer/Köhler 2011). L’édition de cette source serait souhaitable pour l’étude des relations artistiques franco-allemandes sous le règne de Louis XV.
  • Les lettres déjà éditées de Simon-Louis Du Ry (1726-1799), rédigées par ce dernier à l’attention de ses proches, restés à Cassel, au cours de son séjour à Paris entre 1748 et 1752 (voir Rege 2019).

L’équipe du projet ARCHITRAVE espère vivement que son travail contribuera à la mise au jour d’autres sources encore peu connues sinon ignorées. Le cas échéant, n’hésitez pas à nous contacter !

Bibliographie

Bothmer/Köhler 2011 : Im Auftrag der Krone. Friedrich Karl von Hardenberg und das Leben in Hannover um 1750, éd. Wilken von Bothmer et Marcus Köhler, Rostock, Hinstorff, 2011.

Braunfels 1986 : Wolfgang Braunfels, François Cuvilliés : der Baumeister der galanten Architektur des Rokoko, Munich, Süddeutscher Verlag, 1986.

Corfey 1977 : Lambert Friedrich Corfey — Reisetagebuch 1698-1700, éd. Helmut Lahrkamp, Münster, Aschendorff, 1977, coll. « Quellen und Forschungen zur Geschichte der Stadt Münster », nouvelle série, vol. 9.

Freeden 1955 : Quellen zur Geschichte des Barocks in Franken unter dem Einfluss des Hauses Schönborn, 1re partie : Die Zeit des Erzbischofs Lothar Franz und des Bischofs Johann Philipp Franz von Schönborn 1683-1729, 2 vol., vol. 1, éd. Max H. von Freeden, Wurtzbourg, Schöningh, 1955.

Heckmann 1972 : Hermann Heckmann, Matthäus Daniel Pöppelmann. Leben und Werk, Munich/Berlin, Deutscher Kunstverlag, 1972.

Horn-Oncken 1978 : Alste Horn-Oncken, Ausflug in elysische Gefilde: das europäische Campanienbild des 16. und 17. Jahrhunderts und die Aufzeichnungen J. F. A. von Uffenbachs, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1978, coll. « Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Göttingen : Philologisch-Historische Klasse », 3e série, vol. 111.

Jahn 2015 : Peter Heinrich Jahn, « Souvenirs, Statussymbole und Vademekums. Überlegungen zum ideellen, kreativen und praktischen Nutzen der architekturbezogenen Bücher und Druckgrafiken in Pöppelmanns Besitz », dans Bücherwelten — Raumwelten. Zirkulation von Wissen und Macht im Zeitalter des Barock, éd. Elisabeth Tiller, Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau, 2015, p. 63-128.

Köhler 2008 : Marcus Köhler, « “Paris est une mer pleine de Sirènes & d’écueils...” Le voyage à Paris de Friedrich Karl von Hardenberg 1741-1744 », dans Art français et art allemand au XVIIIe siècle, regards croisés, dir. Patrick Michel, actes de colloque (Paris, École du Louvre, 6 et 7 juin 2005), Paris, École du Louvre, 2008, coll. « Rencontres de l’École du Louvre », vol. 20, p. 311-325.

Krause 1995 : Katharina Krause, « Schlaun und Frankreich », dans Johann Conrad Schlaun 1695-1773. Architektur des Spätbarock in Europa, éd. Klaus Bußmann, Florian Matzner et Ulrich Schulze, cat. exp. (Münster, Westfälisches Landesmuseum für Kunst und Kulturgeschichte, 1995), Stuttgart, Oktagon, 1995, p. 204-235.

Lohmeyer 1911 : Karl Lohmeyer, Die Briefe Balthasar Neumanns von seiner Pariser Studienreise 1723, Düsseldorf, Schwann, 1911.

Preußner 1949 : Die musikalischen Reisen des Herrn von Uffenbach. Aus einem Reisetagebuch des Johann Friedrich A. von Uffenbach aus Frankfurt a. M. 1712-1716, éd. Eberhard Preußner, Cassel, Bärenreiter, 1949.

Pozsgai 2012 : Martin Pozsgai, Germain Boffrand und Joseph Effner. Studien zur Architektenausbildung um 1700 am Beispiel der Innendekoration, Berlin, Mann, 2012.

Rege 2019 : Adeline Rege, Les voyages en Europe de l’architecte Simon-Louis Du Ry : Suède, France, Hollande, Italie (1746-1777), Paris, Honoré Champion, 2019.

Schumacher 2009 : Marcel Schumacher, « Von Wien nach Paris. Der Parisaufenthalt Joseph Emanuel Fischers von Erlachs im Kontext der Architektenreisen nach 1715 », Frühneuzeit-Info, 19/2, 2009, p. 48-58.

Spenlé 2006 : Virginie Spenlé, « Les acquisitions de Raymond Leplat à Paris », dans Splendeurs de la cour de Saxe : Dresde à Versailles, dir. Béatrix Saule, cat. exp. (Versailles, château de Versailles/Dresde, Staatliche Kunstsammlungen Dresden 2006), Paris, Réunion des musées nationaux, 2006, p. 70-79.


Auteur : Hendrik Ziegler